Apéro saucisson: le “Grand Mezze” de l’extrême droite parisienne

Publié le par Action Antifasciste Paris

Après l’interdiction par la préfecture de l’”apéro géant pinard et saucisson” à la Goutte d’Or (Paris 18e), les Identitaires, initiateurs de l’évènement, avaient décidé de se rabattre sur un endroit plus tranquille: la place Charles-de-Gaulle (Paris 8e). Officiellement, pour “commémorer” l’Appel du 18 juin, une thématique qui a pourtant toujours été étrangère au Bloc identitaire (BI) et à ses dirigeants.

 

Rendez-vous étaient donc pris vendredi 18 juin à 19 heures à l’angle de la Place Charles-de-Gaulle et de l’avenue des Champs-Elysées. A l’heure dite, environ deux cents personnes, dont une ou deux avec des drapeaux tricolores (selon la police, la manifestation réunira, plus tard, 800 personnes, soit plus que ce qu’annonçaient les organisateurs à la fin, environ 500-600 personnes), s’étaient rassemblées à côté de l’entrée de la station RER.


Dans la foule, des Identitaires, dont les dirigeants Fabrice Robert et Bruno Larebière, des jeunes de l’Action française, les “vétérans” du nationalisme de la revue Militant , ou encore des membres du Kop Boulogne (KOB). Rien d’étonnant quant à la présence de hooligans parisiens: un certain nombre de militants Projet Apache (branche jeune dans la capitale du Bloc Identitaire) font partie du KOB.


Il y avait  aussi quelques jeunes du milieu: Alexandre Gitakos (à la fois animateur du blog pro-Israel “Le Lion ardent”, militant des JPF de Philippe de Villiers et proche du GUD), des néo-gudards accompagnés de leurs chaperons quadragénaires: l’ex skinhead Serge Ayoub -venu lui aussi accompagné de supporters du PSG- et Frédéric Chatillon, l’ancien chef du GUD dans les années 1990. Bref, un vrai “mezze” de tout ce qui peut composer l’extrême droite, le tout saupoudré de militants se disant “laïcs”, bien plus âgés.

 

Ce sont d’ailleurs MM. Chatillon et Ayoub qui se sont le plus rapidement illustrés. Voyant Bruno Larebière (qui est aussi rédacteur en chef de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute), M. Chatillon, lunettes de soleil et veste en velours, se rue sur lui, le frappe violemment après lui avoir dit, selon un témoin de la scène: “Tu as vu ce que tu as écrit sur moi?” La raison serait ce qu’a écrit M. Larebière, il y a quelques années, à propos du voyage en Syrie, à l’été 2006, de Frédéric Chatillon, Dieudonné, Alain Soral et Thierry Meyssan (voir notre photo ici )


Dans le même temps, M. Ayoub se querellait rudement avec d’autres manifestants. Une nervosité qui rappelle l’attitude de M. Chatillon le 9 mai (voir ici). En tout cas, le Bloc identitaire peut remercier Frédéric Chatillon. Grâce à lui, le Bloc pourra se déclarer “ennemi de l’extrême droite” puisqu’un de ses représentants s’en est pris physiquement à eux… En attendant, M. Larebière se réserve le droit de “déposer une plainte” si des “séquelles à l’oreille” se font ressentir.


Un peu plus tard, Fabrice Robert, président du BI, fera une intervention centrée sur l’islam, alors que Pierre Cassen, de l’association ultra-laïque et islamophobe Riposte Laïque, justifiera une “union sacrée contre l’islam” y compris avec l’extrême droite. Rien de surprenant vu que M. Cassen, dans un entretien à Marianne2 a affirmé que “dans tout le paysage politique il n’y a qu’une personne qui reprenne le discours sur la laïcité à son compte, c’est Marine Le Pen”.

 

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/

Commenter cet article