Gesticulations fascistes dans le quartier Latin

Publié le par Action Antifasciste Paris

Récemment, l’Action Antifasciste se faisait l’écho de la résurgence du GUD (Groupe Union Défense). Le syndicat étudiant d’extrême droite n’aura pas tardé à faire parler de lui… à la rubrique « faits divers ».


En effet, le jeudi 8 avril dernier, les militants du GUD décident, comme la semaine passée, d’aller diffuser leurs tracts sur la fac de Paris 1 (Panthéon Sorbonne). Aux alentours de 17h, ils débarquent armés, tracts sous le bras. Face aux provocations, des échauffourées éclatent rapidement devant la faculté et une dizaine de personnes sont interpellées (dont 4 fascistes). Après trois jours de garde à vue, l’ensemble des interpellés est relâché avec une convocation à comparaitre pour port d’arme ou violences. L’hypothétique projet emmené par les jeunes fascistes parisiens sommeille depuis plusieurs mois et a visiblement du mal à éclore. Ne s’étant pas présenté aux récentes élections du CROUS, ils n’ont que peu d’occasions d’apparaître publiquement, hormis au travers de leurs quelques tags et de leurs rares tractages (le dernier se soldant donc par des affrontement avant même d’avoir pu distribuer le moindre tract). Mais qui se cache derrière cette initiative qui fait réapparaitre le fantôme d’un groupuscule qu’on pensait définitivement disparu ?


Outre le jeune Edouard Klein auquel nous consacrions quelques lignes il y a peu (voir article du 31/01/10), un certain nombre de militants bien connus de la droite extrême gravitent autour du nouveau GUD. On y retrouve notamment Baptiste Coquelle, skinhead néo-nazi originaire du nord de la France et affilié à Blood and Honour (principal réseau de skinheads néo-nazi mondial), Kévin Lamadieu, proche du PSF (Parti Solidaire Français) et des néo-nazis de Nomad 88 (récemment condamnés pour avoir tiré au fusil mitrailleur dans une cité de l’Essonne en 2008) ou encore Jean Lecointe (cadre du Renouveau Français). Le reste des activistes du GUD étant pour la majorité très jeunes et faisant leurs premières armes dans le militantisme.


C’est le même Jean Lecointe, visiblement atteint d’hyperactivité, que l’on retrouve le 28 Février dernier en première ligne des hooligans du Kop de Boulogne (voir photos) attaquant les supporters du Virage Auteuil (c’est au cours de cette échauffourée que Yann Lorence, supporter du psg perdra la vie). Voir la vidéo

 http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs303.snc3/28773_402961181536_679951536_4458341_191663_n.jpg

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash1/hs315.ash1/27923_402959031536_679951536_4458157_400911_n.jpg

           Jean Lecointe (Renouveau Français) lors de l'attaque des supporters du virage Auteuil par le Kop de Boulogne


Longtemps réfuté par les intéressés, le lien entre militants d’extrême droite parisiens et hooligans du PSG semble aujourd’hui clairement établi. Ce soir là comme à d’autres occasions, il semble qu’un certain nombre d’activistes d’extrême droite prêtèrent main forte aux hooligans durant leurs exactions.

 

Cependant, si la moyenne d’âge du GUD reste relativement jeune, c’est une figure bien connue des skinheads d’extrême droite que l’on a pu apercevoir aux alentours du tribunal de grand instance le jour de la sortie des interpellés de la Sorbonne. En effet Serge Ayoub alias Batskin, visiblement furieux de l’engeôlement de ses ouailles, tentera ce jour là une série de provocations à destination des antifascistes et de leurs familles… sans résultat.

 

Où en est-on aujourd’hui ? Si visiblement le GUD a du mal a fédérer, leurs militants ne tentent pas moins quelques sorties… peu concluantes. Non représentativité, sous effectifs, ennuis judiciaires, que va t’il résulter de cet activisme groupusculaire  que l’on devine frustrant ? Premiers éléments de réponse au tribunal de grande instance de Paris en juin prochain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article