Paris Brûle

Publié le par Action Antifasciste Paris

Le 28 Fevrier dernier se déroulait au Parc des Princes le classico PSG-OM. Alors que la tension entre les tribunes Auteuil et Boulogne était à son comble en ce début d’année 2010 (voir article du 28/01/10), entre 150 et 200 supporters indépendants du Kop de Boulogne ont attaqué leurs rivaux d’Auteuil. Au cours de ces violents affrontements, Yann, 38 ans, membre du Kop de Boulogne, tombe dans le coma.

 

 

Virage Auteuil contre Kop de Boulogne

 

Outre le caractère sulfureux du classico entre les deux clubs rivaux et les résultats catastrophiques du PSG, la saison 2009/2010 est marquée par l’explosion  d’une rivalité sociologique et culturelle entre les deux tribunes emblématiques du Parc des Princes : le Kop de Boulogne et le Virage Auteuil. Deux tribunes séparées de quelques centaines de mètres et pourtant deux mondes à part.

 

Le Kop de Boulogne nait à la fin des années 70. D’inspiration britannique, la tribune abrite depuis toujours une grande parties des hooligans parisiens regroupés en « firms », des groupes de supporters dits « indépendants », sans statuts juridiques ni associatifs. Tribune blanche, le KOB est depuis toujours le point de rendez vous des supporters racistes du parc des princes, une tribune ou il est quasiment impossible de venir voir un match lorsqu’on est un peu trop basané (le PSG fut notamment assigné en justice en 1999 par SOS Racisme qui, lors d’un testing,  vit les stadiers du Parc des Princes refuser l’accès à la tribune Boulogne à une personne de couleur sous prétexte de « sécurité »)

 

A l’opposé du kop se trouve le Virage Auteuil, son supportérisme à l’italienne (chants, fumigènes, tifos…) et sa population multiraciale. Encouragé et subventionné à l’origine par le PSG afin d’affaiblir l’influence du Kop de Boulogne, le Virage Auteuil est aujourd’hui avec le KOB, une des deux tribunes majeures du supportérisme à Paris et dans l’hexagone.

 

Cependant depuis plusieurs années, de vives tensions se font ressentir entre les deux tribunes, notamment lors des déplacements du Paris Saint-Germain. Ces tensions éclatent au grand jour lors de la saison 2005/2006 durant laquelle le Kop de Boulogne entre en guerre ouverte avec un des groupes de supporters officiels de la tribune Auteuil : Les Tigris Mystic. A l’issu d’une saison d’affrontements, les Tigris sont dissous sous la pression des pouvoirs publics et du PSG et les indépendants du Kop de Boulogne sortent vainqueurs de cette confrontation. Après une période de relative accalmie, les tensions entre les deux tribunes repartent de plus belle cette saison, et c’est cette fois ci aux Supras Auteuil, autre groupe de supporters officiel, que les hooligans du Kop de Boulogne ont décidé de s’en prendre.

 

 

Ratonade Géante

 

http://www.lexpress.fr/medias/514/parc-des-princes-psg-om_419.jpgC’est dans ce contexte que sont mobilisés ce Dimanche 28 Fevrier plus de 1500 policiers (!) aux alentours du Parc des Princes. Aux environs de 20h00, alors que le déplacement est boycotté par les supporters marseillais pour protester contre les mesures  de contrôle mises en place à l’occasion du match, environ 200 indépendants du Kop de Boulogne chargent les supporters du Virage Auteuil en arrivant par la Porte de Saint Cloud. Aucun policiers ou CRS ne s’interpose et c’est sous les yeux des forces de l’ordre que les hooligans passent à tabac de nombreux supporters d’Auteuil, tout cela en criant « supras on t’encule » ou « bleu, blanc, rouge, la France aux Français ». L’affrontement est violent et plusieurs dizaines de membres du virage sont roués de coups alors qu’ils sont bloqués dos aux grilles de leur propre tribune. Cela dure quelques minutes, jusqu’au moment où les supporters du Virage Auteuil et de la tribune G se jettent sans ménagement dans la bagarre. Les hooligans du kop venus à l’origine pour en découdre avec Auteuil sont repoussés violemment vers leur tribune. Yann L., membre bien connu de la Casual Firm, groupuscule hooligan du Kop de Boulogne, reste sur le carreau, tombé dans le coma après avoir été roué de coups par d’autre supporters. On pouvait penser que cet affrontement qui, à l’origine, ressemblait plus a une ratonade géante, serait condamné publiquement. Il n’en sera rien.

 

 

Désinformation

 

Branle bas de combat dans les rédactions, une flopée d’articles atterrit dans les colonnes des quotidiens du lendemain, tous plus absurdes et mensongers les uns que les autres, la palme revenant au Parisien, qui, comme à l’accoutumée pond un article sensationnaliste et larmoyant sur l’agression d’un pauvre hommes par des sauvages du Virage Auteuil. Ainsi, d’après la presse, Yann L. aurait été surpris et lynché par ses agresseurs alors qu’il sortait paisiblement d’un bar. C’est pourtant l’inverse que l’on constate sur une vidéo publique mise en ligne peu après les faits ou l’on voit Yann L. les bras en l’air, en première ligne des hooligans du Kop de Boulogne agressant aveuglément tout supporter parisien identifié comme membre du Virage Auteuil.

 

 

 L’ensemble de la presse s’engouffre dans la brèche (exception faite de SO FOOT et de l’Express), relayant les fausses informations du journal francilien. Le surlendemain, le Parisien se fend même d’un nouvel article hallucinant de bêtise et de mensonge sur l’affrontement. Morceaux choisis : « A Boulogne, ce ne sont pas des saints mais ils ont des règles, des codes, explique un expert de la violence dans les stades. En revanche, ces dernières années, on a vu apparaître à Auteuil de plus en plus de jeunes issus des cités dont le seul objectif est de se battre sous n’importe quel prétexte et sans respecter les codes en vigueur dans l’univers des supporteurs. Lyncher un mec à vingt, les membres de Boulogne n’auraient jamais fait cela ! Ils sont terriblement choqués, les représailles peuvent être terribles. » Avec une partie de ses supporteurs, le PSG est donc confronté aujourd’hui à un problème de violence urbaine ».

 

Las ! Les membres du Kop de Boulogne auraient donc des règles et des codes, jamais ils ne lyncheraient quiconque en supériorité numérique, et les jeunes du Virage Auteuil, issus au passage des banlieues, ne viendraient au stade que pour se battre. Ce conflit ne serait pas non plus sociologique ou politique, il serait un simple problème de « violences urbaines ». La désinformation orchestrée à la suite des événements du Dimanche 28 Fevrier rappelle que depuis bien longtemps, les indépendants du Kop de Boulogne ont des appuis, que ce soit au sein du club et de la police ou dans les médias. Si les membres de la tribune Auteuil ont toujours rechigné à introduire des symboles ou une idéologie de gauche au Parc des Princes, les kobistes n’ont eux jamais hésité à introduire drapeaux français et croix celtiques ou à entonner leurs chants racistes en tribune.

 

Cependant l’évolution du conflit pousse aujourd’hui et pour la première fois les Ultras d’Auteuil à dénoncer publiquement le racisme toujours impuni dont font preuve les hooligans et autres membres de la tribune Boulogne. Dans un communiqué signé conjointement par les Supras Auteuil,  Authentiks et Grinta, ils dénoncent « une frange [de supporters] ouvertement raciste tolérée dans l’identité du club ». Et de conclure le communiqué par « Racisme et Fascisme : Hors du PSG !!! Hors de nos vies !!!». Le ras le bol généralisé d’une grosse partie des supporters du PSG  face au racisme aura achevé de déplacer le conflit Auteuil/Boulogne sur le terrain politique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article