Paris brûle-t-il ?

Publié le par Action Antifasciste Paris

Extrait de So Foot du 27/01/2010.
 

Après une certaine accalmie, toute relative certes, lors des saisons passées, les tensions entre les deux tribunes du Parc des Princes, Auteuil et Boulogne, se multiplient. Décryptage de la situation en trois points.

La situation aujourd’hui
 
Après le conflit Boulogne/Tigris Mystic qui avait amené le groupe ultra à s’auto dissoudre en juillet 2006, on avait connu une certaine accalmie entre les deux tribunes du Parc des Princes. Les déplacements à l’extérieur ne se passaient pas trop mal, la réception de Twente en UEFA avait été l’occasion pour les deux tribunes de castagner ensemble les hools hollandais, et le déplacement à Marseille en octobre dernier avait semble-t-il rapproché tout le monde. On pouvait penser que le fossé qui sépare Auteuil de Boulogne n’allait pas s’élargir plus que ça et que les choses allaient rester tel quelles. On se trompait.
Le nouveau point de départ ? Un drapeau avec une croix celtique exhibé par un membre du kob le 5 décembre dernier, à Bordeaux, au milieu des gars d’Auteuil. Bim, bam, le kobiste en prend pour son grade, manque de bol, l’homme est influent au sein de sa tribune, et l’on promet une vengeance. Laquelle survient à Lille où 200 indépendants prennent à partie les membres du virage Auteuil, en particulier les Supras Auteuil. « Enfin bon, ça tapait sur les rebeus et les blacks » confie un membre des Supras. Et contre Monaco, à la mi-temps, une partie de la tribune Boulogne entame la Marseillaise avant de scander « Supras, supras, on t’encule ». En guise de réponse, outre les sifflets, une partie d’Auteuil a scandé « Boulogne, Boulogne, on t’encule ». Un point de non-retour qui semble atteint. Du jamais vu. 

Ce qui a changé depuis 2006
 
http://c4.img.v4.skyrock.net/c4f/supras-auteuil-1991/pics/2052714925_1.jpgPlusieurs choses ont changé depuis la dissolution des Tigris. Tout d’abord, le clivage entre les deux tribunes s’est accentué. Quand Boulogne apparaît de plus en plus comme le seul repère francilien où l’on croise uniquement des blancs et que plusieurs de ses membres ne cachent pas leur appartenance à des assoc’ d’extrême droite (Projet Apache, Identitaires...), Auteuil a vu l’arrivée de la k-soce team dont les membres principalement issus de la banlieue ou de quartiers brandissent des drapeaux de l’Algérie, de la Palestine... bref, la tribune est toujours cosmopolite mais commence aussi à se politiser quelque peu. Du coup, la suprématie du Parc des Princes entre les “premiers supporters historiques” de Boulogne (1978) et les plus récents viragistes d’Auteuil (1991), parfois apportée comme explication des affrontements, est une excuse qui ne tient plus vraiment la route.

Ce qui a changé aussi, ce sont les forces en présence. Alors que les Tigris étaient isolés dans le conflit qui les a opposés à la tribune Boulogne, les Supras Auteuil pourraient très probablement compter sur l’aide des Authentiks, groupe ultra présent dans la voisine tribune G, d’une partie des Lutèce Falco, mais aussi des Grinta, la nouvelle assoc’ d’Auteuil rouge. Ce qui fait du monde. « C’est simple, on en a marre de se faire embrouiller en déplacement et on commence à être rodés. Aujourd’hui, on n’a plus peur des indép, mais on ne les attaquera pas », explique un membre des Authentiks.

Et demain ?

De quoi sera donc fait demain ? Les optimistes sont de moins en moins nombreux. « Sincèrement, j’ai peur qu’un jour, une des deux tribunes ne disparaisse » prophétise un Supras : « Ça part vraiment en couille, et comme Boulogne n’a pas l’air d’avoir l’intention de se calmer, ça peut finir mal ». Du coup, le PSG songe à interdire les déplacements de ses supporters. Un « échec », du constat même de Robin Leproux, le président du club. Le match contre Lyon (dimanche 31 janvier) sera une sorte de test, en forme de dernière chance. On sait déjà que les supporters des deux tribunes n’occuperont pas le même secteur.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article