PSG: la Licra accuse des policiers de «complaisance» à l'égard de propos raciste

Publié le par Action Antifasciste Paris

Des policiers emmènent un supporteur du PSG, lors du match contre Marseille, le 28 février 2010

Des policiers emmènent un supporteur du PSG, lors du match contre Marseille, le
28 février 2010 (AFP Bertrand Langlois)

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a accusé mardi des policiers de «complaisance» à l'égard de propos racistes des supporteurs du PSG.

«Nous considérons qu'il y a des signes de complaisance de la part d'une minorité au sein des services de police qui n'agissent pas quand des choses inacceptables se produisent», a dénoncé le président de la Licra, Alain Jakubowicz, lors d'un point de presse.

«Quand il y a 150 nervis qui crachent la haine raciste et en face 1.500 policiers qui restent de marbre je m'interroge», a-t-il poursuivi citant les cris de «Hitler président!» ou «A bas les bougnouls!» de ces supporteurs.

Me Jakubowicz estime que les policiers «doivent intervenir dès le moment où le bras se lève, où l'injure est lancée»«C'est là qu'ils doivent intervenir et c'est là qu'ils n'interviennent pas», a-t-il observé.

Synergie «scandalisé»

Synergie (second syndicat d'officiers de police) s'est déclaré, dans un communiqué, «scandalisé» par ces «accusations»«Le postulat de base, en matière de maintien de l'ordre», est «que l'action de police ne doit pas créer plus de troubles qu'elle n'est chargée d'en réprimer», ajoute le syndicat de police.

Il précise que «les hooligans (...) sont surveillés, connus et facilement identifiables lors d'exactions» et que «l'opportunité des poursuites relève des magistrats». Il demande enfin des «excuses publiques» au président de la Licra.

Ce dernier, qui a succédé en janvier à Patrick Gaubert à la tête de l'association, a déclaré avoir demandé à rencontrer le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, et les dirigeants du PSG pour parler de ce qu'il appelle une«tradition inacceptable qui a été trop longtemps tolérée».

 

Vendredi, trois groupes de supporters du Paris SG du kop Auteuil, Supras, Authentiks et Grinta, ont appelé leurs membres à «ne plus se rendre à partir de samedi» au Parc de Princes pour protester contre le racisme d'une frange du public.

«Nous dénonçons qu'on refuse de voir la racine du mal», a-t-il dit en rappelant les violences qui ont marqué PSG-OM le 28 Février dernier aux abords du Parc des Princes. Un supporteur de 38 ans, grièvement blessé à la tête, avait été hospitalisé à l'hôpital Beaujon à Clichy où, selon le président de la Licra, «il est plus proche de la mort que de la vie».


(Source AFP)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article