Récup, frasques et pitreries : lorsque l'extrême droite s'invite sur le terrain social

Publié le par Action Antifasciste Paris

Au lendemain du week end antifasciste des 8 et 9 Mai qui a vu le comité de lutte des ouvriers de Continental renvoyer dans sa puante chaumière une extrême droite tentant de récupérer la lutte des travailleurs, nous relayons un reportage ayant suscité il y a un an quelques remous jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

 

Le reportage en question abordait le passé d’Hervé Novelli qui, à l’instar de nombreux de ses camarades  ayant maintenant intégré les rangs de l’UMP ou de la droite parlementaire, a durant sa jeunesse fréquenté assidûment les rangs de l’extrême droite radicale (Occident, PFN…). Quelque peu froissé de voir certaines casseroles resurgir du passé, le secrétaire d’Etat au commerce attaque France 3 pour diffamation. Quelques secousses et procédures judiciaires plus tard, le reportage est de nouveau en ligne. 

 

Les frasques des Claude Guoasguen, Gérard Longuet, Alain Madelin et autres Patrick Devedjian ne sont plus ignorées depuis longtemps, cependant le reportage soulignait à l’époque les liens entre l’extrême droite et le patronat français. Révolté ces jeunes gens ? Assurément moins lorsqu’il s’agissait de percevoir de l’argent de l’UIMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie) pour casser les grèves et les mouvements sociaux. 

 

C’est donc sans surprise que l’on constate qu’aujourd’hui, c’est toujours la droite radicale que l’on retrouve en première ligne du système en Grèce, protégeant les banques et s’affrontant avec une population révoltée par le plan d’austérité.

 

Malgré les grotesques manœuvres d’une extrême droite baignant dans son évier, cette dernière apparaît chaque jour un peu plus telle qu’elle est : milice d’un système qu’elle prétend combattre.

 

Et en bonus, les filouteries d'hier des politiques d'aujourd'hui

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article