Les jeunes identitaires se rassemblent à Paris

Publié le par Action Antifasciste Paris

Samedi 23 Octobre se tenait à Paris la manifestation de l’Autre Jeunesse, la branche jeune du Bloc Identitaire. Petit retour sur la manifestation.

 

C’est la première fois depuis le meeting avorté de l’ASIEM portant sur la « mondialisation » en 2008 que les identitaires tentaient une sortie officielle sur le sol parisien. Et pas n’importe quelle sortie puisque ce samedi, les identitaires avaient pour objectif  de rassembler leurs troupes hexagonales à Paris.

 

C’est dans un texte chevaleresque et plein d’emphase que les identitaires appelaient au rassemblement de ceux qui ne faisaient pas partie des « imbéciles heureux des lycées » (comprenez les jeunes qui manifestent contre la réforme des retraites), des « rebelles sans cause » ou encore de ceux ayant un « complexe d’infériorité narcissique et l’orgueil blessé d’une virilité en berne ». Tout un programme  donc.

 

Finalement c’est environ 250 personnes qui se sentirent concernées par l’appel de cette autre jeunesse. Depuis Samedi, la bataille des chiffres fait rage entre identitaires et journalistes. Tandis que les uns annoncent 500 participants, les autres annoncent en moyenne entre 200 et 300 personnes. Et pour cause, les nombreux drapeaux et fumigènes ne réussirent pas à masquer la pauvreté numérique du cortège. Difficile à avaler du côté du Bloc Identitaire et de ses sections jeunesse lorsqu’on sait que l’organisation a battu le rappel de ses troupes un peu partout en France (Paris, Bretagne, Lyon, Nice…) à l'occasion de cette manifestation.


http://img710.imageshack.us/img710/5659/74064460420901536679951.jpg


 

Alors que les identitaires s’isolent plus ou moins volontairement du reste de l’extrême droite radicale (en vue des élections présidentielles de 2012 entre autre), il est à noter que le GUD (Groupe Union Défense) fut présent à la manifestation.

 

Malgré la condamnation du nationalisme par le président du Bloc Identitaire Fabrice Robert en Octobre 2009*, le GUD apparu visiblement peu gêné d’un tel grand écart idéologique. C’est donc une petite dizaine de gudards, vraisemblablement en manque de visibilité, qui prirent part à la marche, appuyés par leurs traditionnels tuteurs : Axel Lousteau et Frédéric Chatillon. Et comme on ne rompt pas aussi facilement avec ses vieux démons, outre le GUD, on put également apercevoir une trentaine de hooligans bien connus du Kop de Boulogne en marge de la manifestation. Ces derniers, visiblement présents pour en découdre avec d’éventuels opposants, ne récoltèrent qu’un 100 mètres lancé lorsqu’ils tombèrent face à un groupe d’antifascistes.

 

Pour conclure, malgré des sections montant de toute la province, une communication menée tambour battant et un appel relayé sur leurs nombreux sites internet, les identitaires ne purent que se compter en ce samedi 23 Octobre et, même si leur communication officielle laisse croire le contraire, le résultat ne sera sans doute pas vécu comme une victoire du côté de l'organisation d'extrême droite.

 

 

* Fabrice Robert déclara lors de la convention identitaire d’Orange : «le nationalisme a été une catastrophe pour les peuples européens».

 

Plus d'infos à propos de la manifestation sur le site de REFLEXes

 

Commenter cet article